gazette-geneve

« Non, Le COVID n’a pas fait détester la chauve-souris ! »

Vendredi 4 Septembre 2020

A Genève, le soir du vendredi 4 septembre, aura lieu la 24ème nuit des chauves-souris. Huit excursions d’1h30 dans divers lieux du canton sont organisées pour sensibiliser et informer la population sur l’espèce. Rencontre avec Pascal Moeschler, fondateur de la nuit des chauves-souris en Suisse et directeur du Centre de coordination pour l’étude et la protection des chauves-souris


Comment s’organisera la 24ème nuit des chauves-souris à Genève ?
Cette année le Centre de coordination pour l’étude et la protection des chauves-souris propose une formule particulière en raison du COVID-19. Il n’accueillera pas 1000 personnes dans un parc comme habituellement mais des petits groupes de 15 personnes répartis dans divers lieux du canton. Les participants bénéficieront d’une ballade d’1h30 pour se plonger dans l’univers des chauves-souris.

Au début de la crise, l’espèce a été pointée du doigt comme étant un vecteur de transmission du virus. Est-elle par conséquent plus menacée aujourd’hui ?  
Non. La population suisse n’a pas eu de sur-réaction immunitaire à la chauve-souris suite à la pandémie de la COVID-19 en Chine, et nous l’en félicitons. C’est certainement dû à 30 ans d’éducation, d’information et de sensibilisation que l’espèce n’a pas été d’avantage menacée en suisse.  

Avec quel financement organisez-vous ces animations nocturnes ?
Le financement du centre de coordination pour l’étude et la protection des chauves-souris est couvert par les cantons et la confédération qui est un partenaire depuis 1983. Aussi, au fil du succès des activités de sensibilisation du grand public, un effet boule de neige s’est créé incitant les universités à mener des travaux de recherches sur la chauve-souris et financer nos projets.

Pourquoi est-il important d’étudier et protéger les chauves souris ?
Sur les 99 espèces de mammifères de la faune suisse, 30 sont des chauves souris. Cette raison suffit à les étudier (rires). Aussi, Il est important de remédier à la mauvaise image qu’ont les gens de la chauve-souris, notamment en raison des légendes et préjugés divers. En informant et sensibilisant la population sur l’importance de cette espèce dans notre biodiversité, le Centre de coordination ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris, travaille sur l’action humaine qui pourra contribuer à leur protection afin de pérenniser leur espèce.

Aujourd’hui, qu’est-ce qui menace le plus les chiroptères suisses ?
La pollution lumineuse. Elle menace les paysages et la faune nocturne de notre pays.
Tous les 30 ans, on double les éclairages en Suisse. Il est important que la question de la pollution lumineuse soit traitée par nos autorités pour la survie des chauves-souris et bien d’autres espèces nocturnes.

24ème nuit des chauves-souris à Genève

Ce vendredi 4 septembre à 20h 30 à Genève, le Centre de coordination pour l’étude et la protection des chauves-souris organisera la 24ème nuit des chauves-souris. De petites animations en plein air dans différents endroits du canton sont prévues pour se plonger dans l’univers des chiroptères : Vieille-ville de Genève, muséum d’histoire naturelle, Grand-Lancy, Bois de la Bâtie, Vandoeuvres, Hermance, Embouchure de l’Allondon et les Raclerets. L’objectif de ces petites expéditions est de mieux connaître l’espèce et la protéger. A noter que seules 15-20 personnes par lieu qui bénéficieront d’une balade guidée au lieu de 1000 réunies en un même endroit comme les années précédentes en raison de la pandémie de COVID-19, qui impose également les masques de protection.
Pour plus de renseignements, veuillez vous rendre sur le site: https://chauves-souris-geneve.ch

Nadia Bennader

L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève




Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch