«Les Verts sont la seule formation politique traditionnelle à avoir progressé»

Mercredi 16 Janvier 2019

Le 25 novembre 2018, lors de l’élection des membres de la Constituante, les Verts valaisans sont le seul parti traditionnel à avoir progressé, malgré l’arrivée d’Appel citoyen. C’est aussi la seule formation politique à avoir plus de femmes que d’homme élus. Le point sur leur succès grandissant avec leur président, Jean-Pascal Fournier.


Êtes-vous satisfait des résultats définitifs de la Constituante ?
Oui. Je suis très satisfait. Le parti des verts est la seule formation politique traditionnelle à avoir progressé. Nous avons également gagné 2 sièges à Martigny, une ville où la plupart des gens ne votaient habituellement pas à gauche. Les autres, tels que les PDC, les Libéraux-Radicaux ou les UDC ont perdu des sièges.
 
Pensez-vous avoir eu beaucoup de succès dans un électorat plus féminin que masculin ?
Je ne pense pas. Mais il est vrai que nous avons beaucoup de femmes au sein de notre parti. Ce qui apporte aux Verts une certaine sensibilité et une humanité que d’autres formations politiques n’ont pas forcément. Il faut aussi noter que, à travers tout le Valais, nous sommes le seul parti où plus de femmes que d’hommes ont été élus.
 
Pourquoi les Verts ont-ils gagné en popularité ?
Trois faits sont avérés. Le premier est une stratégie qui, depuis plus de dix ans, consiste à mettre en avant certaines personnalités au sein du parti. Deuxièmement, on s’est détachés de l’Alliance de gauche pour ainsi gagner en visibilité et en indépendance. Troisièmement, nous avons défendu des prises de positions très claires, parfois seuls, comme les votations à propos des JO Sion2016 ou encore la loi sur l’aménagement du territoire. Grace à ce nouveau fonctionnement, on a pu constater une progression dans toutes les communes valaisannes. On remarque même que notre score est plus élevé que celui des socialistes. Une grande réussite pour un petit parti tel que le nôtre.
 
L’écologie reste-t-elle votre préoccupation primordiale ?
Bien sûr. L’écologie autour de l’environnement, du renouvelable et de la mobilité douce reste une thématique très importante pour les Verts. De plus, de nos jours, en comparaison avec les autres partis valaisans, je pense que ces valeurs sont une plus-value pour gagner la confiance des citoyens. Notre démarche de travail est basée sur une démocratie participative et peut ainsi amener quelque chose de plus.
 

Une votation aux résultats surprenants

Après l’acceptation d’une initiative populaire à plus de 72% pour une révision totale de la Constitution du canton du Valais, qui date du 8 mars 1907, un mouvement indépendant et non-partisan «appel citoyen», a fait son apparition. Surprise, le 25 novembre 2018, lors des résultats de l’élection des membres de la constituante, «appel citoyen» gagne 16 sièges sur 130.  Une grande réussite qui surprend tout le monde. Le PDC, malgré la perte de 8 fauteuils par rapport à l'élection du Grand Conseil de 2017, demeure toujours le parti le plus fort du Valais, avec  47 sièges. Le PLR perd 5 sièges, mais s’en sort avec 21 fauteuils. L’UDC, qui perd 2 sièges, rejoint les PLR. Grâce à une poussée électorale des Verts, autre grand gagnant de ces élections, la gauche sauve les meubles avec 25 sièges, répartis entre le PS romand, les Verts romands, et les  Zukunft Wallis (liste haut-valaisanne regroupant ces 2 formations).  Au total, plus de 130 membres de la Constituante sont prêts à réécrire la constitution, qui dessinera le Valais de demain. Les constituants devront renouveller les institutions cantonales et préciser la relation Eglise-Etat. La minorité germanophone du Haut-Valais, sera aussi au cœur des débats.
 

Olivia Zufferey

L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève




Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch