gazette-geneve

Genève choquée par les attentats de Paris

Mercredi 16 Décembre 2015

Suite aux attentats de Paris, le climat était particulièrement tendu à Genève. Nous sommes allées, mardi 17 novembre 2015, à la rencontre de Genevois à la gare Cornavin. Quatre jours après le drame, l'émotion est toujours palpable.


Samedi 14 novembre 2015, Paris s'éveille dans l'effroi. Elle a été touchée par des attentats revendiqués par Daesh. Seuls 500 kilomètres séparent Genève et la capitale française. Les Genevois se disent choqués par le drame. Isabella en témoigne : “C’est une guerre où les innocents souffrent”. Nicolas n'imagine pas que l’Etat Islamique (EI) puisse toucher la Cité de Calvin. “Il n'y a pas le même contexte qu’à Paris”. La raison de ce fléau lui est évidente : des jeunes en mal de reconnaissance sont embrigadés. Existe-t-il une solution ? Aucun d'entre eux n'en voit à leur niveau.
 

“Ça nous a déchiré”
 Ce choc, Gorgui Ndoye, correspondant au Palais des Nations Unies, l’a vécu à plusieurs niveaux. Il donne l'explication de cette émotion : “Cette attaque nous a montré notre vulnérabilité. Cette question nous met en face de notre propre mort”. Il condamne aussi l'utilisation de la religion musulmane comme arme de guerre. Les attaques de Daesh par la France qui ne datent pas de l’après 13 novembre ne sont pas la seule solution à envisager, même si, selon notre interlocuteur: “ce monde civilisé n’a pas besoin d’un État de terroristes”.
 

Anouk Willemin et Lisa Callens


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch