« Dans le domaine du handicap, si tu ne crois pas au possible, il ne faut pas faire ce métier ».

Mercredi 27 Février 2019

Franco De Lucas, patron d’entreprise passionné par son travail, a reçu le label Valais excellence en 2018 pour son magasin unique en son genre en Suisse Romande, Hélios Handicap. A l’intérieur, différents services tels que la vente, les réparations ou l’entretien du matériel pour personnes handicapées. Cet entrepreneur autodidacte, qui a toujours cherché à s’épanouir professionnellement, est sans cesse passionné par de nouveaux défis.


Né à Sierre en 1965, Franco Delucas, a commencé son parcours professionnel en tant qu’apprenti employé de commerce. « J’ai travaillé durant deux ans et demi à la vitrerie Barman et Nanzer à Sierre. Mon patron était très strict et rigoureux, mais je n’ai pas réussi à finir mon apprentissage », raconte-t-il.
Ainsi, à l’âge de 18 ans, il décide d’arrêter sa première formation car à cette époque, Franco était un rebelle. Il enchaîne alors avec un emploi de vendeur, qui lui permet d’obtenir son CFC. 
Un voyage qui lui ouvre l’esprit
Quelques années plus tard, ce jeune homme aventureux décide de partir voyager six mois en Amérique du Sud. « Lors de ce voyage, j’ai appris ce qu’était la solidarité. Ce périple m’a un peu ouvert l’esprit. En rentrant de cette pérégrination, je me suis dit que tout était possible. Dans mon domaine actuellement, si tu ne crois pas au possible, il ne faut pas faire ce métier », explique-t-il.
Revenu à Sierre quelques mois plus tard, il continue son travail de vendeur à AZ Sport durant trois ans. Puis il change d’emploi. « J’étais contente qu’il change d’emploi car Franco est un travailleur acharné et sérieux. Et vendeur à AZ sport était un travail sans perspective pour lui », explique Maryse Bétrisey, une de ses grandes amies.
Un nouveau job enrichissant
Il trouve alors facilement un travail à la quincaillerie de l’Ouest de Sierre où il peut mettre en pratique les diverses compétences apprises lors de ses deux formations. « Ma mission numéro un était de m’occuper de la comptabilité, de la saisie, des bouclements et de la gestion de la TVA. Mais j’ai aussi pratiqué le conseil à la clientèle ».
Au travers de son emploi et avec l’aide de son patron Gérard Zufferey, Franco apprend petit à petit à gérer une entreprise. Il travaille plus de 12 ans au sein de la quincaillerie, ce qui le forme énormément. En 1999, il commence à se poser des questions sur son avenir. Il a 34 ans et aimerait fonder une famille. Il fait donc le bilan de sa vie.
Puis l’idée de racheter cette entreprise lui vient soudainement à l’esprit. Il va alors vers son patron âgé de 60 ans et lui demande comment il voit la suite. « Ce n’est pas compliqué, on repart à deux », lui répond-t-il. 
Quelques années de réflexion
Surpris par cette réponse, Franco ne dit rien et réfléchit à sa proposition. Ce n’est qu’en 2001, un soir où Franco se fâche un peu avec Gérard, que l’illumination lui vient à l’esprit « Pour moi la solution était à l’extérieur du magasin et pas à l’intérieur », pense-t-il. Début 2002, Franco entend que Christian Ballestraz, patron de l’entreprise Handicap service qui s’occupe de transport de ces derniers et qu’il connait de longue date, cherche un nouvel associé pour remplacer son cousin.
«Par chance, il venait souvent à la quincaillerie de l’Ouest chercher du matériel pour son entreprise», explique Franco. Un jour Christian Ballestraz passe au magasin, Franco tente alors sa chance et se propose comme nouvel associé.
Une nouvelle opportunité
Le soir même, il visite les locaux de Handicap service. Puis il démissionne de son ancien emploi. « C’était à prévoir. Il a profité de l’opportunité et il a bien eu raison. Je l’ai même encouragé », explique Gérard Zufferey, son ancien patron. Il commence alors son emploi à handicap service tout en restant à la quincaillerie durant quelques mois, dans le but de transmettre tout ce qu’il a appris à un autre employé.
Puis, début 2003, au sein de handicap service, un nouveau projet démarre « Tout était mélangé, entre l’équipe qui travaillait pour transport handicap et ceux pour service handicap. J’attends un moment avant de réagir, puis début 2004, je vais voir Fernand et lui suggère de séparer les domaines, car ce n’était plus possible comme cela. Autant d’un point de vu administratif que organisationnel. Fernand m’a alors proposé de me vendre l’entreprise, j’ai réfléchi et j’ai racheté l’entreprise pour créer : Hélios Handicap ».
Il créé sa propre entreprise
Franco utilise alors toute son énergie pour démarrer sa propre entreprise. Cet entrepreneur autodidacte galère les premières années, mais étape par étape, son nouveau magasin qui propose différents services tels que la vente, les réparations ou l’entretien du matériel pour personnes handicapées, gagne en popularité. Au bout de 8 ans, tout est remboursé. Il peut alors engager du nouveau personnel. Dix années après son ouverture, Franco restructure l’entreprise en repensant tout l’espace avec les employés et une architecte. « En parallèle, j’ai engagé un coach pour avoir un regard extérieur ».
Ce dernier lui suggère d’obtenir le label Valais Excellence. Alors en 2016, Franco entreprend toutes les démarches dans le but de recevoir cette distinction. Par surprise, en 2017, il reçoit le label et en 2018, il reçoit un certificat de ce même label. « Je suis très heureux de cette distinction, car je vois quand même beaucoup de personnes qui souffrent à travers mon métier. Si cela peut aider à faire connaître Hélios Handicap et aider d’autres gens, c’est l’idéal », conclut-il.

 

Un prix qui promeut les entreprises valaisannes

Le Label Valais Excellence a été créé pour distinguer les entreprises valaisannes les plus performantes et les plus citoyennes, soucieuses de leur rôle social et environnemental, et désireuses de tendre vers une amélioration constante de leurs produits et services. Cette reconnaissance apporte une triple garantie pour les consommateurs : l’origine valaisanne de l’entreprise, une double certification du management de l’entreprise (certification ISO 9001 pour la qualité et ISO 14001 pour l’environnement) ainsi qu’un engagement de l’entreprise dans une démarche citoyenne à l’égard du Valais et de ses habitants. Le label repose sur 5 valeurs centrales :  l’excellence, l’humain, l’action, le bien-être ainsi que l’authenticité.
http://www.valais-excellence.ch/fr/pages/public/label-valais-excellence-13
 

Olivia Zufferey

L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève




Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch