gazette-geneve

Coronavirus: Genève en stade de pré-alerte

Lundi 22 Mars 2021

La situation sanitaire se dégrade à Genève. Le variant anglais progresse et la ville compte plus de 900 nouvelles infections hebdomadaires, mais le vaccin offre de belles perspectives malgré les retards de livraison.


« Nous sommes en phase de préalerte, », signale Aliki Metsini, co-cheffe de secteur maladies transmissibles du service du médecin cantonal lors du 41ème point de presse sanitaire du canton qui s’est tenu ce jeudi 18 mars . Et pour cause, tous les indicateurs épidémiologiques virent au orange: hausse des infections, du taux de positivité, des hospitalisations et des décès (un par jour pour un par semaine en février). Comme attendu, plus de 95% des nouvelles infections sont dues au variant anglais, dont il est maintenant avéré qu’il est plus contagieux et plus létal que le virus originel.
Mais une bonne nouvelle vient embellir ce sombre tableau: la vaccination montre en effet « d’excellents résultats, meilleurs que ne l’annonçaient les fabricants de vaccins » se réjouit Nathalie Vernaz-Hegi, pharmacienne cantonale. «C’est une course contre la montre face à la troisième vague » Et d’annoncer que le canton vient de passer ce jeudi le cap des 50’000 personnes ayant reçu une première injection, malgré les importants retards de livraison.
 
Ouverture de la vaccination aux 65 ans et plus
Une situation qui devrait cependant changer en avril avec l’arrivée promise de nouvelles doses des vaccins Pfizer et Moderna. Une perspective qui pousse le canton de Genève à ouvrir dès cette semaine la vaccination aux 65 ans et plus, ces derniers pouvant dès lors recevoir une dose sans attestation préalable de leur médecin. « Le but est de prévenir les hospitalisations évitables » explique Aliki Metsini suite à la baisse de l’âge moyen des personnes hospitalisées: sur les 14 personnes actuellement en réanimation aux HUG, plus d’un tiers se situe en effet dans la tranche d’âge des 50 ans à 69 ans.
« Grâce aux données des autres pays, nous savons maintenant que le premier critère d’hospitalisation est l’âge » poursuit Vernaz. « La Suisse base désormais sa politique de vaccination sur ce facteur en progressant par strates de 10 ans en fonction de l’arrivée des doses ».

Campagne de dépistage massif

En parallèle de la vaccination, la Confédération et le canton lancent également un plan de dépistage COVID massif basé sur trois piliers. Le premier concerne le dépistage de personnes symptomatiques et reste gratuit. Le testing dit « de confort » ensuite, visant les personnes asymptomatiques et dont le coût sera dorénavant pris en charge par les autorités. Enfin le testing « répétitif dans des lieux particuliers », notamment dans les entreprises. «Le testing en entreprise se basera sur un accord bilatéral entre cette dernière et le laboratoire fournissant les tests. Tous les coûts seront pris en charge par les autorités, exceptés les frais d’échantillonnage » indique Nathalie Vernaz. Le canton espère que faciliter l’accès aux tests encouragera la population asymptomatique à se faire tester plus régulièrement et enrayer ainsi la propagation du virus.

Anna Bonvin


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch