gazette-geneve

Sous-enchère salariale: un quart des entreprises genevoises contrôlées sous-payent leurs employés

Mardi 26 Mai 2015

Le Conseil de surveillance du marché de l'emploi tire la sonnette d'alarme. Un quart des entreprises genevoises contrôlées sous-payent au moins un de leurs employés. La tendance est en hausse depuis 2012.


Alors que Genève est l'un des rares cantons à avoir fait usage, à ce jour, d’une mesure d'accompagnement qui permet d'édicter des salaires minimums impératifs, le bilan tiré  par le Conseil de surveillance du marché de l'emploi (CSME) est sans appel. En 2014, sur les 1390 entreprises contrôlées à Genève, et disposant de la convention collective de travail (CCT), 15% pratiquent la sous-enchère salariale. Une hausse de 6% par rapport à 2012. Pour Alessandro Pelizzari, vice-président de la communauté genevoise d'action syndicale (CGAS), « ces chiffres ne reflètent pas le risque global, ils sont clairement sous-estimés ».
Comment faire alors pour tenter de mettre définitivement fin à la sous-enchère ? Actuellement en Suisse, il y a un inspecteur pour 17'000 employés. Manuela Cattani, présidente de la CGAS, estime que ce nombre reste largement insuffisant. « La CGAS a déjà lancé une initiative pour augmenter le nombre de contrôleurs » explique-t-elle. Elle souhaite que la Suisse se dote d'un inspecteur pour 10'000 employés. « En augmentant le nombre de contrôles, nous lutterons plus efficacement contre la sous-enchère et la concurrence déloyale ».
Cependant, les acteurs de la CSME restent positifs. Lorsqu’un cas de dumping salarial est constaté en Suisse, la commission tripartite assure que, dans plus de 80% des cas, elle a mené à bien une procédure de conciliation avec succès. De plus, le nombre de contrôles effectués à Genève représente un tiers du total national.
Les secteurs les plus touchés, quant à eux, sont clairement définis. « Le milieu de l'esthétique est très affecté confirme Olivia Guyot Unger, membre du CSME, une entreprise sur deux pratiques le dumping salarial ». Le secteur du bâtiment et celui de la restauration sont aussi très touchés.
 

Morgan Fluckiger


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch