Réforme du système de santé : le PLR veut réduire l’hégémonie des HUG

Mardi 12 Décembre 2017

Le Parti Libéral Radical genevois (PLR) a révélé mardi son projet santé pour les législatives 2018, axé autour de la réduction des coûts médicaux et hospitaliers. Epargnant les assurances maladie, le parti de droite a les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) dans son collimateur.


Réduire l’influence des HUG plutôt que de s’attaquer aux primes, tel est l’objectif clé du programme de santé du PLR genevois. Pour le parti de droite, le problème actuel serait que Genève se contenterait principalement de suivre les directives et projections des HUG plutôt que de fixer et réguler activement les systèmes de soins du canton. Un constat amer établit par Pierre Conne, médecin et député PLR au Grand Conseil qui estime que « ce n’est pas le rôle des HUG de définir la politique de Genève en ce qui concerne le domaine de la santé ».
Une alternative pour le canton serait de se munir d’un observatoire de la santé. Il s’agirait d’une structure universitaire qui recueillerait les différentes données (notamment l’état de santé de la population) et qui serait surtout pour le PLR plus apte que les HUG à assister le conseil d’état afin de prendre les mesures nécessaires en matière de régulation de la santé.
Responsabiliser les acteurs du domaine de la santé
Le problème est que dans le système actuel « chacun agit en silo » d’après Nathalie Fontanet, cheffe de groupe des députés PLR au Grand Conseil ; « il faudrait donc responsabiliser les différents acteurs du domaine de la santé ». Cela se ferait par la mise en place d’une plateforme comprenant à la fois des médecins du domaine public mais également ceux issus du privé. Cette initiative permettrait d’accroitre la rapidité de prise en charge des patients et de diminuer des coûts de santé car l’équipement de pointe serait partagé et le personnel qualifié mis à disposition de tous. L’avantage serait d’assurer la qualité des services prodigués aux patient tout en forgeant un vrai partenariat entre le public et le privé.
Le soutien du PLR national se fait attendre
Ce projet pourrait-il faire des émules ailleurs en Suisse ? Pour l’heure, le parti genevois admet que ses ambitions de changements n’ont pas encore obtenu le soutien du parti national. Une lacune mineure pour l’instant selon Nathalie Fontanet, le PLR genevois ayant pour ligne de mire les prochaines élections législatives et n’envisageant pas encore de réformes à l’échelle nationale. Il reste néanmoins à voir la viabilité de ce projets, la question des coûts de ses réformes n’ayant pas encore été évoquée.
 

Denise Touré


L’Ecole de Journalisme de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
Actualité
12/01/2018
Vincent Malaguti
1 sur 7

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch