gazette-geneve

Nicolas Lieber ressuscite les objets de l'Ariana

Vendredi 8 Avril 2016

À partir d’œuvres choisies au sein des collections du musée Ariana de la céramique et du verre, le photographe Nicolas Lieber esquisse un univers visuel fait de juxtapositions et de collages d’images. Une opportunité unique de faire resurgir du passé de nombreux objets tombés dans les oubliettes du musée.


Nicolas Lieber ressuscite les objets de l'Ariana
Depuis quelques années, le Musée Ariana collabore avec le photographe Nicolas Lieber pour les prises de vue professionnelles de ses œuvres. Cette année, celui-ci ne se limite pas seulement à les photographier, mais il les fait également revivre à travers une mise en scène très personnelle.
C’est au second étage de l'Ariana, que se trouve un lieu de passage circulaire permettant de relier les différentes pièces du musée entre elles. C’est là que reposent douze vitrines hémisphériques permettant d’exposer les plus belles pièces de leur collection permanente. Cette année pourtant, Anne-Claire Shumacher, commissaire de l’exposition a décidé de donner la plus grande liberté au photographe. « Nous lui avons donné carte blanche, avec mission de mettre en relation des céramiques librement sélectionnées au sein des réserves de l’institution avec son univers photographique personnel ».
En effet, le musée recense plus de 20.000 pièces désuètes dans ses caves qui attendent d’être montrées au grand public. C’est dans cette optique-là que Nicolas Lieber s’est laissé tenter par l’aventure. Après de longs mois d’introspection et de recherches dans les limbes du musée pour choisir les pièces indispensables à son inspiration, il est depuis hier prêt à faire découvrir au public son exposition.
Bien que le travail du photographe soit à première vue extrêmement brouillon et hétéroclite, celui-ci induit pour qui le regarde, une période de questionnement intense. Ses créations sont composées de juxtapositions de ses propres photos, mais aussi d’images découpées de journaux et de cartes postales. Un univers ultra construit et plein de sens touchant à des sujets comme la guerre, la nature, le nu ou la sensualité. « J’ai essayé de prolonger le passé dans mes œuvres. Pas de nostalgie, mais un questionnement perpétuel sur la relation intrinsèque qui existe entre la photographie et la céramique, la richesse du dialogue entre ces deux disciplines » explique Nicolas Lieber.
Ces douze chroniques de céramique sont visibles jusqu'au 22 janvier 2017 au musée de la céramique et du verre de Genève (10 avenue de la Paix). Exposition gratuite et ouverte à tous www.ariana.ch  
 

Léa Presgurvic


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch