gazette-geneve

Migration: nos 10 conseils pour... accueillir un réfugié chez soi!

Jeudi 26 Novembre 2015

En ces temps de crise migratoire, rares sont les gens à vouloir accueillir un réfugié. Voici quelques conseils pour accueillir chez soi un nouvel ami venant d'ailleurs.


1.    Posséder un logement assez grand  
Pour héberger une  victime de conflit, il faut pouvoir s'héberger soi-même. A éviter donc si vous vivez dans un squat ou en coloc. Encore plus si votre coloc est un squat.

2.   Avoir une salle de bain supplémentaire
Selon un article paru dans Le Temps, l'organisme suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) demande une salle de bain par requérant. Compliqué si l'on compte 2 salles de bains par couple et 4 pour une famille moyenne.

3. Ne pas quitter la ville pendant 6 mois
Si les conditions précédentes sont réunies, vous pourrez peut être accueillir quelqu'un. Mais encore faut-il être là pour elle, lui ou eux. L'OSAR requiert 6 mois d'hébergement minimum. En effet c'est une personne, pas un boitier TV.
  
4. Ne pas le faire pour épater la galerie
Il est vrai qu'en ces temps, héberger un réfugié est un acte de bravoure. Mais faites bien attention à ne pas le faire pour épater François,votre concierge métisse. Vos hôtes ne sont pas loués pour la fête des voisins.

5. Respecter leurs coutumes
Prenez en considération que les us et coutumes ne sont pas universels. Respectez la prière du musulman et ne servez pas de burger a l'indien. Possibilité d'exception pour la fête du mouton, si votre moquette est blanche.

 6. Eviter d'inviter la belle-mère raciste
Oui elle, celle qui s'est évanouie en découvrant que vous aviez du sang allemand. Imaginez sa réaction si un dénommé « Dourman » lui demande comment elle va. Et si elle le disait à ses voisines ?

7. Pas d'ébats trop bruyants
Est-ce qu'une famille de réfugiés aimerait qu'une de leur 4 salles de bains jouxte votre donjon S.M. ?
Sûrement pas.

8. Pas de débats trop bruyants
Très peu de réfugiés proviennent de pays démocratiques, pensez-y. Le débat leur est interdit ou inconnu. « Dourman » préfèrerait dormir plutôt qu'entendre vos vociférations nocturnes sur le revenu inconditionnel.

9. Ne pas être affilié à Daesh ou au régime syrien
Comme vous le savez, la plupart des réfugiés en 2015 fuient Daesh ou le régime Al-Assad. Vous projetez un camp sportif en Syrie sous captagon ? Evitez d'accueillir un réfugié pour vous familiariser aux habitudes locales.

10. Donner de l'argent de poche
Il est très dur de survivre à Genève sans argent, et ce même pour un migrant. Allouez donc une petite somme à votre hôte. Genre un smic syrien, ou afghan, à la rigueur.


Comme vous pouvez le constater, accueillir un réfugié est un acte noble, mais à Genève cet acte est réservé à la noblesse. Malgré notre bonne volonté, les règles de l'OSAR sont un des nombreux obstacles à l'accueil.

 

Laszlo Buhler


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch