gazette-geneve

Les vendeurs et vendeuses manifestent contre l’élargissement des horaires de fermeture

Dimanche 13 Juin 2021

Pour une énième fois, le personnel du syndicat Unia, tout de rouge vêtu, accompagné de vendeuses sont venus manifester devant les locaux du Conseil d’État genevois et devant des caméras, le 2 juin dernier. Le personnel de la vente a d’ores-et-déjà lancé un référendum intitulé « Non à la dégradation des conditions de travail des vendeuses et vendeurs ».


Les vendeurs et vendeuses manifestent contre l’élargissement des horaires de fermeture
C’est sous une légère pluie que le syndicat Unia ainsi que plusieurs vendeuses sont venus faire entendre leur mécontentement devant la modification des horaires annoncée des magasins. « Il y a 20 ans, les horaires de fermeture des magasins sont passés de 17 à 18 heures. Et maintenant, les employeurs ainsi que les partis politiques comme le PLR, l’UDC ou le MCG, veulent faire passer l’heure de fermeture à 19 heures et même ouvrir les magasins le dimanche » se plaint Danielle, militante de 66 ans. Dans la cour intérieure de l’Hôtel-de-ville, la colère des vendeuses monte. Danielle lit une lettre ouverte rédigée pour l’occasion. « Avec ces horaires, il devient difficile de concilier vie professionnelle et vie privée » scande-t-elle.
Des salaires pas assez élevés
Lydia, autre vendeuse, attrape le micro et annonce : « Notre travail dans la vente est superbe mais il est mal payé et les conditions ne sont pas faciles. Pendant la crise du covid-19, les vendeuses et vendeurs étaient en première ligne et pourtant aucune augmentation salariale n’a été perçue » En lisant la lettre ouverte, imprimée en grand format pour que les personnes présentes puissent la lire, Danielle explique qu’il vaudrait mieux augmenter les salaires des vendeuses et non ouvrir plus longtemps les magasins.
« C’est la troisième fois que je viens ici pour le même sujet »
« Le peuple a déjà dit non à une augmentation des horaires de fermeture des magasins, ajoute-t-elle. Et pourtant les employeurs reviennent à la charge ». Un syndicaliste d’Unia, facilement reconnaissable avec son pull ainsi que sa casquette rouge, raconte : « Nous avons des stands à Carouge ainsi qu’aux Pâquis pour faire signer le référendum et les gens que nous croisons disent toujours « Vous devez encore nous faire voter ! » » . En effet, c’est la troisième fois que le syndicat vient manifester devant le Conseil d’État. Danielle qui a déjà rencontré le conseiller d’État Poggia soupire : « Je sais qu’ils nous entendent mais je ne sais pas s’ils nous écoutent ! »
 

Référendum contre la révision de la loi

Les syndicats et la gauche ont lancé le 11 mai dernier un référendum afin de lutter contre la révision de la loi sur les horaires d’ouverture des magasins (LHOM). Cette loi offre la possibilité aux magasins d’ouvrir trois dimanches par an et introduit l’ouverture de ces derniers jusqu’à 19 heures le samedi

Conditions de travail et salaires à Genève

Dans la vente, le salaire médian brut annuel avec un taux d’occupation de 100%, avec 13ème mois ainsi que les bonus compris, serait de 58'122 CHF selon le site de recherche d’emploi jobs.ch. A Genève, plus de 43'000 personnes font partie du personnel de vente, tout commerces confondus et ce chiffre est de plus de 30'000 personnes pour ce qui est du seul commerce de détail. De manière générale, selon le syndicat Unia et les conventions collectives de travail (CCT), la durée maximale légale hebdomadaire pour le personnel de vente est de 50 heures par semaine. Cependant, si plus de 50 personnes travaillent sur le même site, la durée maximale de travail par semaine devient 45 heures.
 

Ethan Fasnacht


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch