gazette-geneve

Le sommet Poutine-Biden suscite l’indifférence des Genevois

Mardi 15 Juin 2021

Entre le quartier des Eaux-vives et l’hôtel Intercontinental, les riverains voient leurs rues barricadées par les autorités genevoises et envahies par les médias du monde entier. La venue des présidents des deux superpuissances mondiales le 16 juin inspire un sentiment général mitigé.


Un événement rare se prépare à Genève. Joe Biden, président des Etats-Unis et Vladimir Poutine, président de la Russie, s’apprêtent à s’y rencontrer demain, le 16 juin. Le temps d’une journée, tous les yeux seront braqués sur Genève et plus particulièrement le parc de la Grange, lieu de la rencontre retenu par les deux pays.
L’hôtel Intercontinental accueillera, quant à lui, la délégation américaine. Plus que l’objet même de la rencontre, c’est sa médiatisation qui suscite la curiosité des habitants, comme dans le quartier des Nations, non loin de l’ONU : « J’irai me promener dans le quartier, car cela reste un événement important et inédit même si en réalité, je ne suis pas intéressée par le sujet » raconte une habitante.
Agacement
Aux Eaux-Vives, c’est la colère qui est de mise. « Je suis fâchée. Je ne vais pas pouvoir venir au parc pendant une dizaine de jours, alors qu’on en a tous besoins après plus d’an de crise sanitaire » lance une promeneuse. Les mesures prises concernant la protection des deux hommes politiques semblent en agacer plus d’un. Si le parc de la Grange a déjà fermé ses portes et subit, en ce moment, un nettoyage complet, le parc des Eaux-Vives ne devrait pas tarder à faire de même et ceux jusqu’au 18 juin. « C’est démesuré. On dirait que Genève s’est laissé faire. À qui profite cet événement ? » se plaint un autre habitant.
A l'Église orthodoxe peu d'intérêt
Du côté de l'Église orthodoxe russe, située au-dessus du quartier des Eaux-vives, un désintérêt total se fait sentir : « Honnêtement, j’ignore si la venue du président Vladimir Poutine va susciter une quelconque mobilisation de la part des Russes d’ici » s’interroge une des représentantes de l’église. Une habituée explique également « n’être que peu férue de politique » et de ce fait, ne se déplacera même pas pour l’occasion.

Fanny Graf & Ethan Fasnacht


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch