La médecine renforcée par la réalité virtuelle

Dimanche 6 Octobre 2019

La réalité virtuelle peut-elle nous soigner ? Pour le docteur Caecilia Charbonnier, directrice de la fondation Artanim, la réponse est oui. A travers ses recherches, elle explique son constat et le procédé de ses recherches.


« Oui, on peut être soigné par la réalité virtuelle. Celle-ci offre de nombreuses possibilités, mais elle ne peut pas remplacer un médecin. Ce sera toujours à lui de prendre les décisions sur le moment, en fonction de la situation, pas à la machine ». Affirmation posée par la doctoresse Caecilia Charbonnier, fondatrice, présidente et directrice de la recherche à Artanim Suisse, une fondation à but non lucratif spécialisée dans les technologies de captures de mouvements. La scientifique travaille sur divers projets liés à la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Quelle est la différence entre les deux ? « La réalité virtuelle consiste à se plonger dans un monde fictif, tandis que la réalité augmentée vise à amener dans notre vision quelque chose de fictif ».
Ses recherchent ciblent trois points : le diagnostic, la chirurgie et la réhabilitation. Son équipe utilise les radios et IRM (Image à résonnance magnétique) pour recréer l’ossature du patient le plus fidèlement possible sur ordinateur. Ensuite, on passe à la motion capture ou capture de mouvements, qui sert aussi à l’élaboration de jeux vidéo en VR (réalité virtuelle). Les chercheurs placent une personne dans une salle de simulation équipée de capteurs, filment ses différents mouvements et les recréent virtuellement. À partir de là, ils les fusionnent et réalisent différents mouvements sur ordinateur, avec le squelette du patient pour analyser ce qui ne va pas. Il est alors possible de déduire facilement la forme et le placement idéal d’une prothèse, évitant ainsi qu’elle ne s’abime trop rapidement. Il est possible également d’analyser les différents exercices de réhabilitation à risques et ceux qui seront le mieux adaptés pour un prompt rétablissement.
Et ce n’est pas tout : car, grâce à la réalité augmentée, les chirurgiens peuvent également s’aider lors des opérations. Apparait alors dans leur vision ce qu’il y a à l’intérieur du patient leur permettant une meilleure vision d’ensemble évitant ainsi plus facilement erreurs et accidents. La technologie n’est encore pas parfaite, mais il ne fait aucun doute que des progrès seront faits à l’avenir, améliorant d’avantage le système médical

Réhabilitation

Lors de la réhabilitation, lorsque le patient réapprend à se mouvoir suite à un accident qui lui a privé de l’usage de l’un de ses membres, la VR permet aussi au patient d’échapper à sa routine et de rendre ses exercices plus intéressants. Idem pour les patients en soins intensifs, bien que le système ne soit pas encore tout à fait au point et utilisable par tous. Pour quelqu’un qui aurait besoin de faire de l’exercice au niveau des jambes, un pédaleur couplé à un casque de réalité virtuelle lui permettra de s’échapper de son quotidien un temps. Casque installé, le patient peut se retrouver sur un pédalo qui avance en fonction de la vitesse à laquelle il pédale sur une rivière, le faisant voyager et oublier sa chambre d’hôpital.

Du tennis à la recherche technologique

La doctoresse Caecilia Charbonnier est une ancienne journaliste et joueuse de tennis professionnelle Suisse. Elle a été classée quatrième de la WTA (Women’s Tennis Association) en 1999 et a gagné 11 titres de championne Suisse. Elle prend sa retraite du tennis à contrecœur en 1999 suite à une blessure à l’épaule. Elle s’intéressera par la suite à la technologie et la médecine sportive, obtenant un Master of Advanced Studies en visualisation et communication graphiques à l’EPFL. Elle cofondera par la suite la société Artanim, dont elle est la présidente et directrice de recherche depuis 2011, ainsi que la société Dreamscape Immersive Inc aux Etats-Unis, une société de divertissement en réalité virtuelle. L’informaticienne Doctorante participe également à l’enseignement académique pour les pré-gradués et les post-gradués à l’université de Genève dans la faculté de médecine.

Karim Dessimoz

L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève




Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch