La Ville de Genève commémore la mémoire des victimes du génocide rwandais

Mercredi 10 Avril 2019

À l’occasion de la 25ème commémoration du génocide perpétré contre les Tutsis au Rwanda, l’association IBUKA, Mémoire, Justice et Soutien aux rescapés du génocide des Tutsi, et la Ville de Genève, ont dévoilé lundi une stèle commémorative à la place des Nations.


En 1994, un demi-siècle après que toutes les nations aient pris la résolution que plus jamais un génocide n’entacherait l’histoire de l’humanité après l’horrible expérience de la Shoah, la machine génocidaire était lancée au Rwanda. En seulement 100 jours elle s’était soldée par plus d’un million de morts.
Le président rwandais Paul Kagamé, a lancé dimanche à Kigali la semaine d’hommages aux victimes. Le collectif des associations IBUKA d’Europe, avec la Ville de Genève, et le monde diplomatique, ont tenu à contribuer à la reconnaissance, et à la mémoire de ce génocide par l’installation d’une pierre commémorative.
Une tache indélébile dans les mémoires
" Le génocide perpétré contre les tutsi, l’un des pires génocides, de la fin du 20ème siècle restera à jamais le symbole de la folie meurtrière des hommes. Et l’inaction coupable de la communauté internationale constitue une tache indélébile dans les mémoires du monde.’’
Selon Rémy Pagani, Conseiller administratif de Genève, tous ces morts rappellent que les droits humains sont encore souvent bafoués et que tous ces conventions internationales censées protéger les civils lors de conflits armés ont failli. ‘’Cette stèle commémorative contribue à la reconnaissance et à la mémoire de ce génocide.’’  Et M. Pagani d’affirmer que le génocide des tutsis doit être considéré comme « le crime des crimes n’ont pas pour des raisons statistiques en raison du nombre de morts, mais dans la mesure où il nie l’humanité de ses victimes ».
Entretenir la mémoire du génocide
« Entretenir la mémoire du génocide, faire en sorte que nul ne le nie, ne l’ignore ou ne banalise est essentiel dans sa prévention’’, a déclaré pour sa part François Xavier Ngarambe, Ambassadeur du Rwanda en Suisse. Il a par la suite dénoncé ce qu’il qualifie de « crime contre la mémoire ».
François Xavier Ngarambe, à cet effet a tenu a rappeler les propos de l’ancien président français François Mitterrand, qui avait lancé : « Dans ces pays-là un génocide, ce n’est pas trop important ».
 

Bineta Faye

L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève




Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch