gazette-geneve

Genève : une initiative pour booster les habitations en coopérative

Samedi 27 Mars 2021

Seulement 5% des logements à Genève sont des coopératives. Beaucoup moins que d’autres grandes villes suisses. Afin d’y remédier et porter ce nombre à 10%, le Groupement des coopératives d’habitation genevoises (GCHG) lance une initiative populaire s’intitulant « Pour + de logements en coopérative »


« Ce sera la décennie du logement en coopérative » s’enthousiasme Eric Rossiaud, vice-président du Groupement des coopératives d’habitation genevoises qui lance ce jeudi 11 mars sa campagne de récolte de signatures – 8500 sont requises - pour leur initiative «pour + de logements en coopératives. Le but : inscrire dans la loi générale sur le logement un socle minimal de 10% de logements en coopérative sur l’ensemble du parc d’habitation du canton, contre 5 % actuellement. En clair, sur les 25’000 logements à construire d’ici 2030, 10’000 devront être en coopérative. Cette proposition de loi vient d’un constat fait par le GCHG. Une pénurie de logement sévit depuis de nombreuses années à Genève entraînant l’augmentation des loyers.
Nombreux avantages
Beaucoup de personnes, en particulier les jeunes adultes et les familles, se retrouvent en difficulté pour trouver un appartement conforme à leur budget. « Le loyer en coopérative coûte jusqu’à 40% moins cher qu’un logement classique, la construction de ces derniers est écologique et ce sont des lieux où il fait bon vivre avec beaucoup d’espaces communs adéquats pour tisser des liens sociaux. Les avantages des logements en coopérative sont donc nombreux » énumère Christophe Brunet, membre du comité initiant.
« A contrario des autres logements subventionnés qui conduisent à des ghettos et qui ne sécurisent pas un loyer abordable définitivement, les logements en coopératives offrent des lieux bon marché sur le long terme tout en assurant une bonne mixité des habitants », renchérit Eric Rossiaud.
Forte demande pour ces logements
Ces avantages, ils en séduisent plus d’un. Il y aurait aujourd’hui plus de demandes de la population pour des logements en coopérative que d’offres disponibles sur le marché. Eric Rossiaud, également président de la Coopérative de l’habitat associatif (Codha) affirme que « rien qu’en 2020, 770 ménages se sont inscrits à la Codha » La Ciguë, coopérative immobilière genevoise universitaire et estudiantine, compte 450 habitants répartis sur plus d’une centaine de logements. Un succès pour cette coopérative qui ne voit pas sa liste d’attente diminuer.

Le logement en coopérative, c’est quoi ?

Une coopérative est un organisme à but non lucratif, basé sur une idée d’entraide et de solidarité, avec l’objectif de fournir des logements à un prix abordable et dont l’assemblée générale se compose des coopérateurs qui acquièrent une part sociale, coûtant minimum 100 CHF, comparable à un titre de propriété. Ils deviennent locataires et leurs loyers couvrent les frais d’exploitation de la coopérative et remboursent le financement du projet immobilier, subventionné par un prêt d’une banque ou de l’État de Genève. Pour fonder un logement en coopérative, les membres doivent déposer des documents de constitution, comme les statuts juridiques, au registre du commerce et adoptent un règlement de vie commune. Les particularités du logement en coopérative résident dès leur construction qui sont majoritairement faits à partir de matériaux écologiques. Ils sont dotés d’espaces communs comme des terrasses, des jardins, des places de jeux... Enfin, les loyers restent stables et 40 % moins chers que pour les autres logements à loyer libre qui augmentent lors du changement de locataire par exemple
 

Le Groupement des logements en coopérative

Crée en 1998, le Groupement des logements en coopérative est une association faîtière regroupant la majorité des logements en coopératives du canton. Elle compte 70 coopératives membres, lesquelles disposent d’environ 5’000 appartements occupés par près de 17’000 personnes. Il a pour but de promouvoir ces habitats et ce mode de vie en communauté ainsi qu’appuyer les nouveaux projets auprès des collectivités publiques. Il sert aussi de médiateur entre toutes les coopératives en leur permettant d’échanger leurs points de vue, leurs expériences,  leurs compétences et ainsi les inclure dans la création de nouveaux projets.

Fanny Graf


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch