gazette-geneve

Genève n’accueille pas son quota de réfugiés ukrainiens

Vendredi 13 Mai 2022

Selon les chiffres officiels, Genève accueille moins de réfugiés ukrainiens que ce qui est prévu par les quotas de la Confédération. Pourtant, ces derniers auraient une préférence pour le canton du bout du lac.


Chaque canton doit accueillir un certain nombre d’Ukrainiens défini par la Confédération. La récente clé de répartition cantonale prévoit l’attribution des réfugiés à chaque canton au prorata de sa population.  Dans le canton de Genève, ce chiffre correspond à 5,8% du total des réfugiés. Or d’après les statistiques du Secrétariat d’État aux Migrations (SEM) fournies le 28 avril dernier, sur les 2’454 réfugiés que Genève aurait dû accueillir, elle n’en a accueilli en réalité que 2’011.
Pareil pour tous les cantons romands
En tête de liste des cantons qui ont reçu le moins de réfugiés par rapport aux quotas définis, figurent le Valais et Fribourg avec 77% du nombre d’Ukrainiens qu’ils auraient dû accueillir.  Genève et Neuchâtel se trouvent en deuxième place, avec un chiffre de 81%, suivis par Vaud qui est à 87%. Enfin, avec ses 91%, le canton du Jura est celui qui s’approche le plus du quota qui lui a été imparti. La situation est inverse au Tessin, et dans quelques cantons alémaniques, tels que Berne ou Bâle, qui ont au contraire accueilli plus de réfugiés que prévu.
Les règles d’attribution viennent de changer
Depuis le 25 avril 2022, les règles d’attribution des réfugiés aux cantons ont changé. Ils ne sont plus attribués selon leurs choix personnels mais « sont à nouveau répartis entre les cantons de la manière la plus équitable possible afin de corriger progressivement le déséquilibre apparu. Cela ne s'applique pas aux réfugiés qui peuvent vivre avec des parents proches pendant une période plus longue ou aux personnes vulnérables qui ont besoin de soins spéciaux » stipule le rapport du SEM.
Flou autour de l’accueil à Genève
D’après nos sources au SEM, un grand nombre d’Ukrainiens demandaient à venir spécifiquement à Genève, et ce alors même que le canton en aurait recueilli proportionnellement moins que d’autres. D’après les premiers intéressés eux-mêmes, et selon les témoignages recueillis, les raisons en seraient multiples : Genève serait la ville la plus connue en Ukraine, beaucoup y auraient des amis y ou connaissances, préférence pour un milieu urbain par rapport à un « canton de montagnes», préférence pour la langue française ou même pour la « mentalité plus latine » qu’alémanique. Sans oublier le fait que Genève verserait de meilleures prestations sociales que les autres cantons. Interrogé à ce sujet, le SEM répond qu’ « en ce qui concerne les préférences, nous constatons que les réfugiés souhaitent surtout se rendre dans des cantons où ils ont déjà de la famille et des connaissances. »

Marie Karatsouba


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch