Chambéry BD, le plus intimiste des grands festivals BD français

Mardi 5 Décembre 2017

Si pour les plus pointus des bédéphiles, Angoulême et Saint Malo restent les références ultimes, l’événement savoyard s’est fait une place de choix dans le cœur des lecteurs et des dessinateurs par la proximité qu'il offre avec les artistes du 9ème art. Retour sur la 41ème édition qui s'est tenue du 6 au 8 octobre à Chambéry.


Ce qui frappe lorsque l'on arrive en haut des marches de la salle du Congrès « Le Manège », lieu où se déroule le festival, c'est l'odeur de café qui se mêle à celle des livres neufs. Il est à peine 10 heures et déjà, des passionnés attendent leurs idoles. La file d'attente pour Philippe Xavier, dessinateur de Hyver, s'agrandit au fil des minutes alors qu'il ne dédicace qu'à 16 heures. Les auteurs présents échangent avec leur lectorat tout en esquissant un personnage dans les albums. Peu de monde dans les files d'attente, auteurs et lecteurs peuvent passer plus de temps ensemble.
Chaque année, la force du festival est d'inviter des novices comme des pointures du monde de la BD pour des rencontres intimes entre lecteurs et dessinateurs. Le festival de Chambéry se veut plus détendu que les salons d'Angoulême et de St Malo aussi bien pour les auteurs qui dédicacent moins à la chaîne, que pour les lecteurs qui sont quasiment sûrs de passer un moment avec leur idole.
Une immersion dans la vie de chacun
Dans ces moments, le temps est en suspens. Chacun rentre dans la vie de l'autre. Le dessinateur parle de son quotidien marqué par la solitude dans son atelier et le bédéphile le questionne sur sa manière de travailler. L'artiste lui rend alors la pareille en l'interrogeant sur sa vie ou sur sa passion pour la BD. C'est peut-être pas grand-chose, mais entendre François Boucq, dessinateur de Bouncer et invité d'honneur du festival, parler de ses souvenirs de dessinateur de presse lors du procès DSK ou Eric Sagot, un dessinateur voyageur qui monte, conter ses voyages, notamment à Cayenne pour préparer son dernier album, transporte dans un autre monde.
Régis Loisel, auteur de Peter Pan devait être de la partie mais il a annulé sa venue quelques jours auparavant. « J'avais vu Loisel à Angoulême cette année. Il m'a fait une dédicace avec un tampon encreur. Je trouve que le charme de la dédicace, que je conçois comme une rencontre entre l'auteur et le lecteur, est perdu », déplore Gilles, un lecteur habitué des festivals domicilié à Grenoble.
Un voyage dans le passé
Lorsque le moment privilégié avec certains de ces auteurs arrive, on peut voir des lecteurs rougir. Olivier fait partie de ceux-ci. Ce dernier, peu habitué aux conventions de bande dessinée, a patienté pour rencontrer Roman Surkhenzo, le dessinateur de Thorgal. Son émotion s'explique notamment par le fait qu'enfant, il lisait avec son papa, les tomes de Thorgal dessinés à l'époque par Rosinski. Auparavant, il n'avait jamais pu avoir de dédicace. C'est donc un grand voyage en enfance qu'à fait Olivier en partageant un moment avec le dessinateur.
Quelques stands plus loin, une autre rencontre de marque : Titouan, un garçon de 12 ans originaire de Cluses, est venu au festival de Chambéry avec son papa, Eric. Le jeune garçon griffonne depuis qu'il a 4 ans et voulait montrer ses dessins à des auteurs. Ses échanges l’amèneront à conclure : « Je me suis rendu compte que ce n'est pas le matériel qui était important mais le coup de crayon ! ». Avec plus de 15'000 visiteurs, ce 41ème festival de la BD de Chambéry s'est terminé sur une note encourageante. D’autant que nombre de fans ont déjà prévu de revenir en 2018 pour la 42ème édition.


Le palmarès 2017

Prix du meilleur album : Frédéric Blier et Laurent Galandon pour "La parole du muet" (Grand Angle)
Prix du meilleur dessin : Philippe Xavier pour "Hyver 1709" (Glénat)
Prix du meilleur scénario : Frédéric Maffre pour "Stern" (Dargaud)
Prix du meilleur album jeunesse : Tébo pour "La jeunesse de Mickey" (Glénat)
Prix pour l’ensemble de l’œuvre : Maëster
Prix du public France 3 : Philippe Xavier (dessin) et Nathalie Sergeef (scénario) pour "Hyver 1709" (Glénat)
Prix du meilleur album : Frédéric Blier et Laurent Galandon pour "La parole du muet" (Grand Angle)
Prix du meilleur dessin : Philippe Xavier pour "Hyver 1709" (Glénat)
Prix du meilleur scénario : Frédéric Maffre pour "Stern" (Dargaud)
Prix du meilleur album jeunesse : Tébo pour "La jeunesse de Mickey" (Glénat)
Prix pour l’ensemble de l’œuvre : Maëster
Prix du public France 3 : Philippe Xavier (dessin) et Nathalie Sergeef (scénario) pour "Hyver 1709" (Glénat)

Vincent Malaguti


L’Ecole de Journalisme de Genève



Vidéos
Suisse
28/11/2016
Sophie Cusin, Léa Presgurvic et Justine Schorpp
1 sur 5

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch