«Avant avril 2015, il n’y avait aucun centre musical pour les jeunes à Sion»

Vendredi 11 Janvier 2019

Le Port-Franc, lieu culturel valaisan basé à Sion, propose divers types de musiques. Stéphane Torrent, administrateur de ce centre, donne un aperçu de ce lieu hétéroclite qui existe depuis 2015.


Depuis quand le Port-Franc existe-t-il?
Depuis avril 2015. Avant il n’y avait aucun centre musical pour les jeunes à Sion. Alors la commune a organisé un concours pour la construction d’un centre dans le quartier industriel de la ville, dédié aux musiques actuelles. Notre association, Pro Forma, a gagné. Alors, Sion nous a confié la gestion de cette salle de concert. C’est ainsi que nous avons créé le Port Franc.
 
Avez-vous été inspirés par dautres lieux culturels à travers la Suisse?
Oui, nous avons plus ou moins copié certaines choses de différentes salles de concerts tels que le Pont Rouge à Monthey ou encore le Frisson à Fribourg. Tous ces endroits ont été, pour nous, d’une grande inspiration.

Quel type de musique proposez-vous?
Le genre de musique que l’on programme est très varié, passant du Rock au Rap, de l’Electo au Folk, ou du Métal au Punk. Nous essayons le plus possible de proposer l’ensemble du spectre musical, allant de groupes de musique connus à ceux moins célèbres. Nous essayons aussi de favoriser le plus possible les groupes régionaux.
 
Certains lieux culturels dédiés aux musiques actuelles, comme lHacienda à Sierre, sont gérés par des bénévoles. Fonctionnez-vous de la même manière?
Non, car nous avons sept employés professionnels, qui sont salariés à temps partiel. Mais nous avons aussi plus de 600 bénévoles inscrits sur une liste, qui à tour de rôle, durant les soirées, travaillent aux bars de l’établissement, aux vestiaires ou aux caisses.
 
Avez-vous gagné en popularité depuis louverture du centre, il y a trois ans?
Oui, mais cela dépend toujours de la programmation des soirées. Je n’ai pas encore les chiffres pour 2018, mais pour 2017, la fréquentation tournait autour de 186 personnes par soirée. En général, lors des concerts de groupes connus, il y a beaucoup de monde, alors que lorsque la musique est plus intimiste et moins célèbre, le public est plus restreint.

Rhône et containers…

«Après une journée de brainstorming, nous avons choisi le nom du Port Franc pour cet endroit de création musicale» explique Stéphane Torrent. Une envie de démontrer un petit côté maritime à ce lieu. En cause, ce centre artistique, qui propose chaque saison plus de 30 concerts, est construit à l’aide de containers. De plus, des centrales hydrauliques ainsi que le fleuve, le Rhône, se trouve non loin de là.

Olivia Zufferey

L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève




Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch