gazette-geneve

A Genève, les campus de l’université reprennent vie

Jeudi 7 Octobre 2021

Après 18 mois d’absence, les étudiants genevois réinvestissent enfin le campus universitaire. Un retour fort en émotions, entre soulagement, tests et... vaccination mobile.


« Je suis si heureux de vous voir enfin en face de moi » annonce le doyen de la Faculté des Lettres de l’Université de Genève (UNIGE) Jan Blanc, visiblement ému en débutant son allocution de rentrée. Les couloirs du séculaire bâtiment des Bastions, désertés durant de nombreux mois, résonnent enfin à nouveau des pas des étudiants se hâtant vers leurs salles de cours. L’aula principal s’emplit d’élèves fraichement inscrits et ce retour tant attendu dans les locaux décuple l’effervescence de cette rentrée universitaire. Si les nouveaux venus ne peuvent s’imaginer « le truchement insupportable des miroirs sans tain des écrans zoom » comme le décrit le professeur Martin Rueff en inaugurant son premier cours, le corps enseignant ne dissimule pas son soulagement de réinvestir les lieux. « Cette expérience aura souligné la chance incroyable que sont les cours en présentiel, souligne Jan Blanc. Car si des alternatives comme les cours en lignes ont été trouvées, rien ne vaut les échanges, le débat didées et le partage de connaissances de l’enseignement in vivo ».
Une vie étudiante malmenée mais de retour
Et les étudiants ayant vécu ou survécu à un an et demi de cours en ligne se montrent au moins aussi enthousiastes que leurs enseignants. Sur les marches de pierre devant le bâtiment, on s’interpelle, on se reconnaît et on s’embrasse. Pour certains, c’est la première fois. « J’ai commencé l’université l’année passée et je n’ai connu que les cours à distance, témoigne Laura, une étudiante en deuxième année de philosophie. Entourée de ses pairs partageant le même avis, elle confie qu’elle n’aurait pas poursuivi sa formation si cette situation avait perduré.
Dans le hall du bâtiment, les diverses associations estudiantines ont elles aussi repris leur activité. Masqués, leurs membres aident les nouveaux venus à établir leur emploi du temps et démarchent pour leurs groupes respectifs. Un représentant de l’Association des Etudiants en Lettres souligne l’importance de cette contribution financière: « Je ne vais pas mentir, cette période Covid a été très dure pour lassociatif. On a eu très peu pour ne pas dire pas dactivité, et à lheure actuelle, peu de monde sinvestit dans les associations ».
Un retour à la normale conditionné
Mais la présence du virus plane toujours dans le ciel radieux de ce début d’automne. Dans les couloirs, on trouve d’énormes bonbonnes de désinfectant en libre service et même si le port du masque n’est plus obligatoire à l’intérieur des salles, rares sont les étudiants qui le retirent. « Beaucoup d’élèves ont été malades et sont maintenant affectés par le covid long. Cette pathologie peut affecter tout le monde, peu importe votre âge ou condition physique » rappelle Jan Blanc.
Ce « retour à la normale » s’accompagne donc de nombreuses mesures de contrôle sanitaire et l’UNIGE conditionne laccès au campus à la présentation dun pass obtenu après vaccination totale ou présentation dun test négatif. « Plus de 40 personnes ont été mobilisées pour assurer les conditions sanitaires de la rentrée. Une vingtaine pour la vérification des certificats Covid, une dizaine pour les centres de dépistage présents sur le campus et une douzaine, dont sept membres de la protection civile, pour lunité mobile de vaccination » détaille Luana Nasca, assistante presse de l’UNIGE.
Chez les étudiants, l’instauration du pass sanitaire ne fait guère de vagues, d’autant que chaque cours est enregistré pour les personnes n’ayant pas accès au campus et que l’UNIGE a assuré la gratuité des tests jusqu’à Noel. De plus, rares sont ceux qui ont du présenter une telle preuve avant de passer les portes des salles de classe. « Je ne me suis encore jamais faite contrôler », indique ainsi une étudiante questionnée à l’issue des deux premières semaines de cours.
Une vaccination mobile au succès relatif
Si la rigueur des contrôles laisse à désirer, l’UNIGE se montre en revanche très pro-active dans la campagne de vaccination. « Le vaccin est notre seul espoir de vivre une année normale » appuie Irène Herrmann, vice-doyenne de la faculté des Lettres. Du 20 au 24 septembre, l’Université a ainsi mis en place un système de vaccination mobile sur le campus avec l’aide de la protection civile. Au total, près de 500 doses ont été injectées, un total jugé peu satisfaisant pour l’institution. « Nous sommes bien sûr heureux que nos étudiant-es aient saisi cette opportunité, mais aurions souhaité quelles ou ils soient plus nombreux à le faire ». Et il est vrai qu’on a plus souvent vu les civilistes profiter du soleil que piquer des bras, observant d’un regard amusé les effusions des retrouvailles de la rentrée.
 

Anna Bonvin


L’Ecole de Iournalisme et de Communication de Genève



Vidéos
Actualité
24/01/2018
Etudiants
1 sur 8

Inscription à la newsletter

Partager ce site

Flux RSS


CONTACT

Ecole de journalisme - Genève


www.ecole-journalisme.ch